Plik et Plok pour apprendre à se laver les mains

À l’école Saint-Joseph, les enfants se sont lavé les mains devant l’affiche Plik et Plok et ont chanté la comptine. (École Saint-Joseph)

Deux personnages et une comptine, c’est ce qu’ont créé Soaz Jolivet, Gilbert Macrez et Charlène Macrez, en plein confinement. Déclinés sur affiches, Plik et Plok ont pour mission d’aider les enfants à se laver les mains.

À l’école Saint-Joseph, à Quimper, en ce jeudi de rentrée scolaire après deux mois de confinement, les élèves se sont lavé les mains devant deux personnages : Plik et Plok. Le garçonnet et la fillette sont nés de l’imagination de Soaz Jolivet, Gilbert Macrez et de sa fille, Charlène Macrez. Et ce, à la suite d’un coup de fil. C’était au jour 2 du confinement, le 18 mars. « On s’est dit que les écoles allaient reprendre un jour ou l’autre, que les encadrants et enseignants allaient se retrouver démunis, relève Gilbert Macrez. On s’est demandé ce que l’on pouvait faire pour répondre à une anxiété globale ».

La fondatrice de Tamm Kreiz a alors proposé une comptine pour aider au lavage de mains, déclinable pour les moins de 3 ans, pour les 3 à 5 ans et pour les 6 à 8 ans. C’est que c’est plus facile de s’acquitter de ce qui peut être une corvée pour certains en chantant… Ce qui change selon l’âge ? Le nombre de strophes. « Soaz les a publiées sur son compte YouTube et les vidéos ont eu plus de 1 200 vues chacune », relate l’éducateur sportif qui a, lui, contacté sa fille, illustratrice jeunesse, pour mettre le tout en images.

L’école Saint-Joseph a testé

Plik et Plok, les deux enfants au nom d’onomatopées de gouttes d’eau, étaient nés. Un mois et demi plus tard, les premières affiches ont vu le jour, sur fond blanc, jaune et bleu, mais aussi en anglais et en breton. « L’idée, c’est qu’elles soient accrochées au-dessus des lavabos dans les écoles, crèches, centres de loisirs mais aussi à la maison », détaille Gilbert Macrez.

Plik et Plok

Pour ce faire, ils ont abordé l’école Saint-Joseph, où les cinq enfants de l’éducateur sportif ont été scolarisés. « Le directeur, Jean-François Sergent, était partant et l’une des enseignantes avait vu la vidéo de Soaz ». L’établissement a donc testé, en ce jeudi 14 mai, jour de rentrée. Avant de commander une centaine de flyers, pour que les élèves repartent avec la comptine chez eux.

Plik et Plok et les masques

Côté prix, une affiche A3 coûte 5 € l’unité, de quoi rentrer dans les frais d’impression. « Le prix est dégressif en fonction du nombre, relève Gilbert Macrez. Les affiches de Plik et Plok sont beaucoup moins chères que le gel hydroalcoolique ! ». Une école de Lille a déjà contacté la petite équipe pour en avoir, alors que Plik et Plok illustreront bientôt d’autres affiches et comptines, pour les masques de protection. Un peu comme la série Martine ? « Voilà, c’est notre enfance qui revient ! ».

Contact via le site internet : plik-plok.fr

Lire l’article sur le journal local Le Télégramme Edition Quimper

Télécharger et lire l’article en format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code